ARTICLES MES ARTICLES

Hypnose : les effets sur le cerveau enfin découverts


Hypnose : les effets sur le cerveau enfin découverts .Connectivité neuronale

Des chercheurs ont analysé l’activité du cerveau pendant l’état d’hypnose. Ces découvertes permettront d’améliorer l’efficacité de cette technique, notamment chez des personnes peu réceptives.

Vos paupières sont lourdes… Quand on pense à l’hypnose, voilà généralement la première image qui nous vient. Mais que se passe-t-il derrière vos globes oculaires, dans votre cerveau ? Ni sommeil, ni inconscience, l’hypnose est connue depuis longtemps comme un état de conscience modifiée, mais l’activité du cerveau pendant cette période restait jusqu’alors bien mystérieuse. Une étude parue dans la revue Cerebral Cortex lève le voile sur les zones du cerveau activées, désactivées et connectées entre elles lors de l’état de transe hypnotique.

Plus ou moins réceptif

Pour mener à bien ces travaux, les chercheurs de l’université de Stanford ont recruté 545 personnes pour tester leur réceptivité à l’hypnose. En effet, « tout le monde peut être hypnotisé, mais atteindre cet état est plus facile chez certains, en fonction du degré de lâcher-prise et de l’acceptation de la personne », explique Aymeric Guillot, professeur en neurophysiologie des processus mentaux à l’université Lyon 1, et formé à l’hypnose. 10 % de la population environ sont « hautement hypnotisables » et répondent facilement, tandis que 10 autres pourcents y parviennent difficilement. Les scientifiques ont concentré leurs recherches sur 36 personnes particulièrement réceptives, et 21 sujets très peu, ou pas réceptifs. Ceux-ci ont constitué le groupe contrôle, afin de déterminer ce qui appartient à l’état d’hypnose et ce qui relève d’un état différent. Grâce à l’IRM fonctionnelle, les scientifiques ont scanné quatre fois le cerveau de chacun des 57 participants : au repos, pendant une tâche de rappel de mémoire, et durant deux sessions de transe hypnotique semblables à celles utilisées en hypnothérapie.

L’activité du cerveau modifiée

Trois changements majeurs ont été observés lors d’un état d’hypnose. L’activité des neurones augmente dans une zone impliquée dans la concentration sur la résolution d’un problème (région dorsale cingulaire antérieure). « Cela explique qu’une personne hypnotisée soit tellement absorbée qu’elle ne se soucie plus de rien d’autre », détaille David Spiegel, l’un des auteurs de l’étude. Les échanges neuronaux sont aussi plus intenses entre deux des régions qui gèrent la flexibilité cognitive et la conscience de soi, le cortex préfrontal dorso-latéral et l’insula. Selon David Spiegel, le cerveau contrôle ainsi mieux ce qui se passe dans le corps. En revanche, la connectivité entre ce même cortex préfrontal dorso-latéral et le « réseau par défaut » est, elle, amoindrie. Ce réseau par